COSYS LEPSIS Afficher le menu principal

LEPSIS

Laboratoire Exploitation, Perception, Simulateurs et Simulations

Historiquement le LEPSIS (Laboratoire Exploitation, Perception, Simulateurs et Simulations) est une unité de recherche créée le 1er janvier 2009 par le regroupement de deux URs (Unités de recherche), la division ESE (Exploitation, Signalisation et Eclairage) du LCPC et l’unité MSIS (Modélisation, Simulations et Simulateurs de conduite) de l’INRETS. Entre mi-2010 et décembre 2012, le LEPSIS est rattaché au département IM (Infrastructure et Mobilité) de l’Ifsttar. Depuis le 1er janvier 2013, le LEPSIS est rattaché au département COSYS (Composants et Systèmes)

Le LEPSIS a pour mission la création d’outils d’aide au diagnostic, à la conception, à l’évaluation et à la décision pour favoriser l'émergence de solutions innovantes permettant d’améliorer l’efficacité et la sécurité du système de transport routier. La particularité du LEPSIS est de confronter les caractéristiques de l’infrastructure routière avec les usages en privilégiant le recours à la simulation.

Les recherches finalisées menées par le LEPSiS répondent aux besoins des acteurs du monde des transports routiers (décideurs, gestionnaires et usagers de la route) tels qu’ils sont formalisés dans le contrat d’objectif de l’Ifsttar. Les industriels fournisseurs de ces acteurs sont également directement concernés par ces travaux, notamment les constructeurs de la route et des véhicules et leurs équipementiers.

 De par sa mission, le LEPSIS va se concentrer sur la mobilité et la sécurité des personnes. Nos recherches doivent se concrétiser dans un environnement en pleine évolution.

La part des vulnérables dans l’accidentologie croît. Il va falloir apporter des solutions pour enrayer cette tendance (traversée des piétons, passage d’intersection). A cela s’ajoute le vieillissement de la population dans les pays développés qui entraîne une mobilité réduite et un sur-risque d’accident (sensibilité accrue aux éblouissements, temps de réaction plus important, par exemple).

La réduction des dépenses publiques va aussi influer sur les solutions que l’on pourra ou non mettre en œuvre. L’état se désengageant de plus en plus au profit d’opérateurs privés, la multiplication des acteurs risque de complexifier les approches systémiques. D’où le besoin de construire une représentation commune du système de transport autour de laquelle les acteurs vont interagir.

La ville ne cesse de s’étendre et le territoire de s’urbaniser. Cette évolution induit une modification des usages (modes doux, multi modalité) et s’accompagne de nouveaux concepts d’urbanisme (« rue nue »). Il devient alors nécessaire de mesurer et d’évaluer ces transformations.

Finalement, en raison du changement climatique, les usagers de la route vont être confrontés à des conditions météorologiques extrêmes (dégradant en particulier la visibilité et le trafic). Cette évolution nécessite des outils d’observation de ces conditions, ainsi que des outils d’aides à la conduite et à l’exploitation pour réduire les risques d’accidents et de blocage de la circulation.

 Dans ce contexte, le LEPSIS mène des recherches en considérant différents types d’usagers, d’infrastructures et de situations.

Direction


Eric DUMONT

Actualités